Vidéos et radios

email

Assurances « médecin de famille » à géométrie variable

Pour réduire les frais d’assurance maladie, les Suisses optent le plus souvent pour le modèle médecin de famille. Le principe: en échange d’un rabais de prime, l’assuré s’engage à consulter un généraliste reconnu par sa caisse avant toute visite chez un spécialiste. Mais notre enquête le montre: chaque caisse a sa propre définition du médecin généraliste. Certaines les reconnaissent tous, d’autres sont très restrictives. Et les médecins ignorent le plus souvent qu’ils ne sont pas reconnus par certaines caisses, rendant difficile, pour les patients, de choisir le bon assureur. Contactés, les assureurs les plus restrictifs expliquent refuser les généralistes qui sont au bénéfice d’une spécialisation. Une pratique pourtant condamnée en 2015 par le Tribunal fédéral. Eclairage juridique avec Jean-Emmanuel Rossel, avocat à Morges, au micro d’Yves-Alain Cornu.

Les hôpitaux ne veulent pas de la réforme du système Tarmed, débat

Les hôpitaux craignent de voir leurs déficits se creuser avec la révision du système de tarification médicale (Tarmed) proposée par le Conseil fédéral. Débat entre Pierre-Yves Maillard, conseiller d’Etat vaudois en charge de la Santé, et Jacques-André Haury, médecin et ancien député vaudois (Vert’libéraux).

Les caisses-maladie accusées d’exercer des pressions excessives sur les médecins afin de réduire les coûts

Dans certains cas, la qualité des soins en pâtirait. Une oncologue livre son témoignage.

Patients inégaux face aux assureurs

83% des médecins interrogés par « On en parle » estiment que les caisses maladie leur envoient des demandes injustifiées de justificatifs avant d’accepter de rembourser un traitement. 67% d’entre eux dénoncent même des inégalités de prise en charge chez les patients, selon la compagnie d’assurance qu’ils ont choisie.

Mais vérifier l’économicité des prestations fait partie des devoirs des caisses maladie, rétorquent les cinq compagnies les plus citées par les médecins, à savoir Assura, Groupe Mutuel, Atupri, Concordia et CSS.

Olivier Spinnler, membre du comité de la Société vaudoise de médecine, en débat avec Christophe Kaempf, porte-parole de Santésuisse, au micro d’Yves-Alain Cornu.

La Télé – Elus en pleine incertitude face à la levée du moratoire

La levée du moratoire contre l’implantation de nouveaux cabinets inquiète les élus vaudois. Cette décision, prise au niveau national, pourrait avoir de lourdes répercussions sur les coûts de la santé.